mercredi 26 octobre 2016

Tant que nous sommes vivants d'Anne-Laure Bondoux, la critique

Auteur : Anne-Laure Bondoux

Maison d'édition : Gallimard jeunesse

Nombre de pages : 298 pages

Année de sortie : 2014


Résumé de l'éditeur : Bo et Hama travaillent dans la même usine. Elle est ouvrière de jour, lui, forgeron la nuit. Dès le premier regard, ils tombent follement amoureux. Un matin, une catastrophe survient et ils doivent fuir la ville dévastée. Commence alors pour eux un fabuleux périple à travers les territoires inconnus... Mais quand l'ombre a pris la place de la lumière, l'amour suffit-il à nous garder vivants?

Introduction : Un petit bijoux, un livre bouleversant, une pépite...

Commentaire : Vous savez, il existe des romans, non des petits joyaux, qui vous retournent, qui vous hantent, dont vous refaites les histoires des dizaines de fois, parfois en modifiant certains passages ou certains personnages. Vous vous imaginez à leurs côtés, en train de vivre ces folles aventures, en quête de quelqu'un, de quelque chose ou tout simplement de soi-même. A chaque fois que vous en relisez un passage de ces livres, votre corps est parcouru de frissons et votre esprit est embrumé par les lignes qui défilent sous vos yeux ébahis. Vous ne voyez pas ? Mais si... Vous savez, les premiers mots, les premières lignes de ces bijoux vous transportent vers un autre monde, vous n’êtes dès lors plus vraiment vous-même, et vous n’êtes plus vraiment en train de lire un livre non plus. Vous le vivez. Il vous faut d'ailleurs plusieurs dizaine de minutes parfois pour émerger et revenir à la réalité, dans un grand soupir. Vous n'attendez qu'une chose, revenir à votre lecture et repasser de l'autre côté, si je puis dire. Chaque détails de la vie réelle vous rappelle votre lecture en cours, et vous n'avez alors qu'une envie : retrouver les pages de votre bouquin. Voyez-vous ce que je veux dire ? Oui ? Alors, c'est bon, nous pouvons commencer.

On a souvent des coups de coeurs, mais souvent des petits, que l'on trouve géniaux sur l'instant. Et il y en a, beaucoup plus rares, qui vous restent en tête, parfois pendant plusieurs années. Tant que nous sommes vivants est de ceux-là. Je me demande encore pourquoi j'ai attendu si longtemps avant de le lire, d'ailleurs.

Pourtant, je n'en suis pas à mon coup d'essai avec Anne-Laure Bondoux. J'ai déjà lu, il y a un petit bout de temps déjà, La vie comme elle vient et Pépites. J'avais accordé le coup de coeur à Pépites, qui m'avait déjà énormément plu à l'époque, mais rien de comparable. Comment ressortir d'une lecture pareil ? Peut-être avec un autre roman d'Anne-Laure Bondoux, sûrement même.

Bo et Hama. Deux personnages touchants, émouvants, merveilleux, qui m'ont fait passer par un tas d'émotions différentes. Bo. Le forgeron à la carrure impressionnante, le coeur sur la main et fou amoureux d'Hama. Hama. La jeune femme timide, belle, gracieuse, dévouée à Bo. Un couple superbe, qui m'a ému autant qu'il m'a fait rire. Je me suis d'ailleurs surpris à constater les dires de Clémentine Beauvais (Songe à la douceur, un autre de ces romans d'exception) sur le couple que forment les deux ouvriers. J'aurais adoré rencontré ces deux personnes merveilleuses en réalité. Il m'arrive d'ailleurs de rêver de cette rencontre la nuit. C'est vous dire si ce roman m'a marqué au fer rouge. Bien évidemment, il n'y a pas qu'eux. Mais citer et vous parler des autres seraient vous spoliiez. Je vous laisse la surprise, elle sera belle, croyez-moi.

L'histoire. Très émouvante elle-aussi. Elle prend d'ailleurs un tournant auquel je ne m'attendais pas du tout, mais qui m'a agréablement surpris, encore une fois. Beaucoup de rebondissements, toujours dans cette atmosphère à la fois sombre et très poétique qu'Anne-Laure Bondoux se plaît à entretenir durant toute la durée de son livre. On appréciera notamment ce mélange aventure-amour. On se plaît à suivre Bo et Hama dans leurs relations, puis dans leur fuite. Je ne vous cache pas ma surprise (encore une !) lorsque j'ai découvert le narrateur, qui parlait à la première personne, mais qui n'était ni Bo, ni Hama. La chute, superbe, toute en finesse, conclue ce roman maîtrisé de bout en bout, sans aucun moment en-dessous du reste.

Cette atmosphère, dont je vous parlais plus haut, donne lieu à des citations superbes, que je relis souvent. L'écriture fine, ponctuée par moment de métaphores, démontre encore une fois le talent d'Anne-Laure Bondoux, qui rentre définitivement dans le cercle de mes auteurs favoris. Elle saisi le lecteur au tripes dés les premières lignes de son histoire, pour ne plus jamais le lâcher, jusqu'au dernier point. Merci pour ce moment passé en compagnie de Bo et d'Hama.

C'est un sans-faute (le deuxième en deux semaines ! C'est rare des lectures qui vous habitent comme celle-ci, le dernier gros coup de coeur auquel je repense encore souvent était Dans le Désordre, il m'arrive parfois de ressasser Charlotte ou le tome 1 des Outrepasseurs) pour moi. Aussi bien du côté des personnages émouvants, que de l'histoire riche en rebondissements ou de l'écriture riche en métaphore et en citation. L'atmosphère qui se dégage de ce bouquin est vraiment incroyable. Rajoutez à cela la couverture superbe, et vous obtenez cette oeuvre, à lire de tout urgence !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire