mercredi 26 octobre 2016

La fille de Tchernobyl d'Aurélie Wellenstein, la critique

Auteur : Aurélie Wellenstein

Maison d'édition : Magnard jeunesse

Nombre de pages : 158 pages

Année de sortie : 2016


Résumé : Quand Lana se rend clandestinement sur la Zone Interdite, dix ans après le drame, elle ne sait pas que son chemin va croiser celui d'un cheval sauvage, libre sur la route. Elle ne sait pas non plus que cette rencontre va lui faire vivre une aventure incroyable...

Introduction : Un petit livre étonnant, qui vise à informer et à entretenir le souvenir de cette horrible catastrophe...

Commentaire : Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Magnard pour cet envoi !

Ce livre me tentait énormément, aussi bien pour son sujet que pour la réputation de son auteure. En effet, j'ai beaucoup entendu parler d'Aurélie Wellenstein ces derniers temps, notamment pour son roman Les Loups Chantants. Alors, quand je l'ai découvert en même temps qu'un autre service presse dans un colis Magnard, j'étais très heureux de l'avoir reçu, et il n'est pas resté longtemps dans ma PAL.

On retrouve Lana, une fille d'environ 15-16 ans. Réfugiée de la catastrophe, elle se fait introduire clandestinement sur la Zone pour rendre un hommage à son père. Mais son chemin croisera celui d'un jeune cheval libre. C'est le début d'une grande aventure pour elle qui pourrait se révéler plus dangereuse que prévue. Lana est une jeune fille courageuse, un peu naïve sur les bords. Je l'admire vraiment car je n'aurais jamais eu le courage de faire ce qu'elle a fait. Le fait qu'elle navigue entre le présent et ses souvenirs la rend encore plus proche du lecteur, comme si elle se confiait à nous.

A travers ce livre, Aurélie Wellenstein explique, informe, dénonce parfois, la catastrophe et ses conséquences. L'histoire est prenante, et ses multiples rebondissements inattendus ne sont pas pour me déplaire. Aurélie Wellenstein a réussi à me surprendre plus d'une fois, si bien que j'ai dévoré ce roman et que je l'ai fini en une heure. J'ai appris beaucoup de choses grâce à ce livre. En effet, je pense qu'il est surtout destiné à en apprendre plus aux plus jeunes sur la catastrophe. J'ai beaucoup apprécié la pointe de fantastique présente à la fin du livre.

J'ai beaucoup aimé le style d'écriture d'Aurélie Wellenstein. Claire, sans déchet, visuel, il m'a agréablement surpris de part sa fluidité. Il n'y a pas trop de détails, on avance ainsi vite dans le récit. L'aventure et l'action sont omniprésentes, on ne perd pas le rythme à cause de descriptions trop longues. J'espère pouvoir découvrir d'autres livres de cette auteure à l'avenir.

La fille de Tchernobyl m'a agréablement surpris. J'ai beaucoup apprécier ma lecture, même si ce n'est pas un coup de coeur. Lana est une jeune fille attachante dont je me suis senti proche, et ce grâce à ses souvenirs. Ce livre vise avant tout à informer et à dénoncer la catastrophe, et ce à travers l'histoire de Lana et des chevaux. L'écriture fluide et visuelle est pour moi le point fort du roman. A mettre dans les mains des jeunes de 8-12 ans.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire