vendredi 21 octobre 2016

24 contes des Antilles d'Olivier Larizza, la critique

Auteur : Olivier Larizza

Maison d'édition : Flammarion jeunesse

Nombre de pages : 216 pages

Année de sortie : 2011






Résumé : Quand les esclaves se réunissaient autours du feu après une dure journée de labeurs, ils laissaient parler le conteur. Qu'elles soient drôle, cruel ou encore fantastique, elles vous envoûteront, vous ferons voyager et rêver...

Introduction : Des nouvelles réalistes et exotiques pour une lecture légère...


Commentaire : Je remercie encore mon ami Martin et sa famille pour ce super cadeau! Ce livre est véritable découverte. Découverte d'une région tout d'abord et de ses contes typiques. Les Antilles, c'est une région que je connais assez peu et je connais encore moins les contes de là-bas. Découverte d'un auteur car je n'ai jamais lu d'Olivier Larizza. Et enfin découverte d'une maison d'édition car je ne crois pas avoir déjà lu des romans de Flammarion.

Ce roman relate donc les aventures de différents personnages à travers des nouvelles. Toutes les histoires se déroulent donc dans les Antilles. (normal car c'est le principe en même temps). Je trouve le roman (et l'auteur par la même occasion) très bien documenter car le lecteur a en sa possession une carte très précise des Antilles ainsi qu'un lexique car il y a beaucoup de mots écris dans la langue antillaise. Je trouve que le fait qu'il y ai des mots écris dans cette langue rends le récit beaucoup plus réaliste. Certaines nouvelles sont en fait des histoires qui racontent pourquoi telle ou telle chose a cette apparence, cette fonction dans le présent. Ainsi, on apprend par exemple pourquoi le crabe marche de travers et a la tête rentré dans sa carapace ou encore comment un certain Ti-Jean a réussi à pêcher des poissons-aiguilles que les pêcheur n'arrivaient pas à pêcher à l'époque. Il y a quand même une certaine influence des contes Européen à certains moments. L'histoire de Cécène et Joséphine m'a beaucoup fait penser à celle de Cendrillon ou encore celle de Lapin qui me fait penser à Renart du célèbre Roman de Renart. Sinon, la plupart des nouvelles sont originales et très bien pensée.

Ce roman est très bonne découverte que conseille à celui qui veut de l'originalité et de l'exotisme pour oublier un peu les contes "classiques".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire