samedi 29 octobre 2016

L'atelier d'écriture n°227 de Leiloona : Je bloque...

Je bloque. Aucun mot ne sort. Aucune histoire ne tient la route. J'écris quelques mots, parfois une phrase, mais je finis par tout effacer. J'essaie de me concentrer, de rentrer dans une bulle pour y puiser l'in
spiration nécessaire, mais rien n'y fait. Beaucoup de pensées, de sentiments parviennent à mon oreille. Mais aucun fil ne sort de ce noeud. Je reste donc bloqué, penaud, devant l'écran, face à cette photo qui me résiste, le regard fixé sur le visage de ce vieux monsieur. Que pourrais-je donc raconter ? Sa vie ? La raison pour laquelle il porte son chapeau ? A quel moment il fait cette tête ? Non. Aucune de ces piste ne me convient. Je commence à croire que je n'écrirais pas de texte cette semaine. Une dernière tentative, puis un juron et un claquement de porte plus tard, je quitte mon hôtel d'un pas franc, bien décidé à oublier cet homme, et m'aérer la tête par la même occasion. Mes pas me mènent bientôt du côté des rues commençantes jouxtant le marché populaire. Les rues bondées et les différentes effluves émanant des exposants me font bien vite oublier l'image et mon esprit se calme peu à peu. Lorsque je quitte cette atmosphère imbibée de sueur et d'épices, je me sens apaisé, mais décide tout de même de continuer encore quelques temps ma balade. C'est au détoure d'une rue passante que je le vois. Assis. Le même chapeau. Les mêmes lunettes. Le même collier. Le même regard. L'homme de la photo. Alors sans vraiment savoir pourquoi, je m'approche, lentement d'abord, puis plus franchement. Quand je me poste à ses côtés, il tourne la tête, toujours avec ce regard transperçant, qui vous donne l'impression d'être nu devant lui, comme sur la photo. On se dévisage longuement sans se parler. Puis lentement, je me retourne, et dans un salut expéditif, je reviens sur mes pas, et rentre à l'hôtel, plus calme que jamais. Qu'ai-je vu dans ses yeux ? Eh bien, je n'en sais rien à vrai dire. Et ne sais toujours pas non plus ce que je vais écrire pour lundi d'ailleurs...



Ce texte a été écrit pour l'atelier d'écriture de Leiloona. La photo a été prise par (c) Claude Huré.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire