mardi 25 octobre 2016

Théa pour l'éternité de Florence Hinckel, la critique

Auteur : Florence Hinckel

Maison d'édition : Syros

Collection : Soon

Nombre de pages : 238 pages

Année de sortie : 2012


Résumé : Théa est une adolescente qui a l'impression que le temps passe trop vite. Elle est secrètement amoureuse de Théo, son ami d'enfance. Alors quand le professeur Jones lui propose de participer à une expérience qui pourrait stopper le vieillissement, Théa accepte...

Introduction : Un roman qui traîte d'un sujet d'actualité conté avec talent...

Commentaire : Qui n'a jamais rêver de d'arrêter de vieillir ? Comment le vivrait-on ? Quelles en seraient les conséquences ? Voici les principales questions que posent Florence Hinckel avec cette oeuvre. L'arrêt du vieillissement est un sujet très peu abordé dans les romans jeunesse et young-adult. J'avoue que je m'y intéressait assez peu moi aussi, mais je ressors de ma lecture avec beaucoup d’interrogations en tête...

Nous rencontrons tout d'abord Théa, une jeune fille amoureuse, discrète, qui regrette le temps où elle jouait encore avec Théo, quand elle était petite. J'ai eu du mal à m'attacher à Théa, surtout durant les cents premières pages, la trouvant trop obnubilée par le temps qui passe, sans jamais assez profiter de la vie qui s'offre à elle. Puis, au fur et à mesure que les pages défilaient, j'ai fini par réussir à m'attacher à elle, malgré ses défauts, malgré ses choix parfois mauvais, malgré certains aspect de sa personnalité qui me dérangeaient un peu. En y réfléchissant bien, je crois qu'on connaît tous une Théa, ou qu'on est tous une Théa nous même. La peur de la mort est tapie au fond de nous, mais elle est bien présente, et chaque jour qui passe, chaque mort, autour de nous, nous rappellent inlassablement qu'un jour ce sera notre tour, que nous aussi on vieillit, et qu'on va mourir. Pour éviter cela, cette grand inconnue qu'est la mort, Théa, qui est finalement une représentation du lecteur, accepte ce traitement sur l’arrêt du vieillissement. Et je pense que beaucoup d'entre nous auraient fait le même choix. Alors oui, je me suis attaché à Théa, car Théa c'est un peu moi au fond.

Et c'est vraiment là-dessus qu'est basée l'histoire. L'auteure apporte une véritable réflexion sur le temps qui passe, sur la mort. On suit Théa dans ses choix, dans l'évolution de sa vie grâce au traitement, on la voit murir et se rendre compte de son choix, et de ce que tout cela implique. Florence Hinckel met en avant beaucoup d'éléments perturbés par ce traitement : surpopulation, des enfants plus vieux que leurs parents... Elle propose ainsi une grand réflexion sur les avantages et les inconvénients d'une telle découverte.

C'est pour pousser la réflexion encore plus loin que la romancière propose une fin ouverte. On peut ainsi imaginer toutes les fins possibles et inimaginables à l'histoire de Théa, qui est aussi la nôtre finalement. Elle conclue en beauté un roman futuriste mais aussi ancré dans le présent.


Florence Hinckel nous propose une oeuvre très intéressante. Elle nous montre ainsi les avantages et les inconvénients d'un arrêt du vieillissement. J'ai vraiment adoré Théa, qui est véritablement une représentation du lecteur. La fin ouverte laisse place à de multiples possibilités. C'est vraiment un bouquin qui porte à réfléchir sur ce sujet. C'est un coup de coeur pour ma part.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire