samedi 29 octobre 2016

L'atelier d'écriture n°223 de Leiloona : Petite discussion entre monuments

Par un matin pluvieux dans la capitale française, une jeune statuette faite de métal et de bronze s'adresse à la noble Eiffel :

- Bonjour, gente Dame, comment va votre habit de métal en ce matin pluvieux et grisonnant ?

- Ma foi, ça peut aller. J'observe depuis les premières lueurs de l'aube la lente sortie de notre amie s'écoulant en travers de Paris.

- Seine serait-elle en train de reproduire sa douce visite des rues de 1910 ?

- Il se pourrait bel et bien qu'elle ait décidé d'investir une sixième fois notre ville bien aimée. Je pense qu'une petite trempette ne fera pas de mal à tous ces gens d'habitude peu aimables. Quelques jours de solidarité ne seront pas de trop...

- Comme ça doit être bien de pouvoir observer toute cette vie, je vous envie, vous savez...

- Croyez-moi, il n'y a pas que des avantages à être si hautement placé dans le ciel. Montparnasse me parle souvent de la situation économique, qui est assez catastrophique. Quand à Triomphe, vous ne pouvez imaginez comme il m'ennuie avec ses opinions politiques. La pollution m'abime et meurtri mes membres d'acier chaque jour un peu plus. Finalement, il est peut-être préférable d'être une petite statue de bronze qu'une géante Dame de Fer à l'heure actuelle. Moins on en sait, mieux on se porte comme on dit.

La Tour Eiffel se mura alors dans le silence le plus absolu. La statue resta alors songeuse, et cela pendant plusieurs dizaine d'années. Elle resta ainsi, dans une position de réflexions que beaucoup de touristes aiment prendre en photo.



Ce texte a été écrit pour l'atelier d'écriture de Leiloona. La photo a été prise par elle-même

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire