lundi 31 octobre 2016

L'atelier d'écriture n°231 de Leiloona : La liberté

22h30. Mathieu sort du vieil appartement familial, la clope au bec, le regard vissé sur les pavés trempés par la bruine qui tombe depuis plusieurs jours sur la ville. Il peut enfin respirer. Le jeune homme déteste l'atmosphè
re qui règne dans leur habitation, mélange douceâtre d'alcool, de peinture et de bois. Ce qu'il aime lui, le fascine, le passionne, c'est la liberté. Deux mots. La liberté. Il aime ce mot, il l'écrit, le dessine, le trace, le murmure, le dit, le crie, le rugit. Trois syllabes qui le font frissonner. Comme un rêve qu'il n'aurait qu'effleuré du bout des doigts. Alors, quand tout le monde dort à poings fermés, il sort, délicatement, avec sa cigarette coincée entre les lèvres, et déambule, au hasard, se laissant guider par le dédale des rues qui s'offrent à lui. Parfois, il se perd, alors il ne rentre qu'au petit matin, exténué mais heureux. Ces escapades nocturnes sont pour Mathieu un instant de liberté pure volé à ce quotidien rythmé par les sonneries, les cours et les devoirs. Il n'a jamais eu vraiment besoin de travailler. Ses profs le qualifie de surdoué, sans qu'il sache vraiment pourquoi. Ils lui prédisent souvent un grand avenir dans des métiers comme ingénieur, technicien ou manager. Lui ce qu'il veut, c'est : voyager. Découvrir de nouvelles cultures, de nouvelles terres, de nouvelles langues. Ce désire l'a toujours habité, et il sait, au fond de lui, qu'un jour il réalisera ses rêves. Personne ne les lui volera. Ce soir, ses pas l’amènent devant une grande roue. Il observe durant un moment ce grand engin lumineux et silencieux à la fois, qui tourne sur lui-même, dans une boucle infinie. Il reste là, debout, songeur, à philosopher sur la vie et ses méandres. Puis, d'un geste théâtrale, s'incline gracieusement devant cette grande Dame paisible, termine sa cigarette, et tourne les talons, en quête d'une liberté toujours plus grande...



Ce texte a été écrit pour l'atelier d'écriture de Leiloona. La photo a été prise par elle-même.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire