lundi 13 février 2017

L'atelier d'écriture n°253 de Leiloona : Fais attention, tu risquerais de mouiller tes godasses et ton espèce de pantalon tout troué !


Le jeune homme est assis au bord de l'eau, une clope dans la main, son sac posé à côté de lui. Un cygne, intrigué par cette silhouette assise sur la digue, s'approche.

Le cygne : Fais attention, tu risquerais de mouiller tes godasses et ton espèce de pantalon tout troué !


Le jeune homme  (bégayant) : Je... Je je... Je fais gaffe !  Et d'abord comment tu peux me causer toi ? T'es pas censé être un animal avec des pieds en forme de feuilles qui siffle et déploie ses ailes blanches, sur quiconque s'approche de sa progéniture ? Allez retourne avec tes semblables, j'ai besoin d'être seul.


Le cygne : Quelle belle image tu as des cygnes toi... Et d'abord si je te demande pourquoi l'eau ça mouille ? Pourquoi le feu ça brûle ? Pourquoi tu t'es enfilé deux clopes et une canette de Coca depuis toute à l'heure que je t'observe  ? Je ne suis pas là pour (il déploie ses ailes comme pour faire des guillemets) te "siffler" comme tu dis. Je te dis simplement que tu vas dégueulasser tes godasses et ton espèce de... de bas troué comme un gruyère.


Le jeune homme (prenant un ton amusé et ironique) : Très bien ! Merci beaucoup monsieur le cygne, je pense qu'il est temps que tu ailles retrouver ton clan, vas voir là-bas (il tend le doigt vers l'autre rive, où la plupart des cygnes vivant sur les rives du fleuve sont rassemblés) si j'y suis.


Le cygne ne bouge pas d'un centimètre. Il observe l'humain devant lui. C'est vrai qu'il est bizarre comme type. La dernière fois qu'il en a vu un dans cet état, le gars en question avait sauté dans l'eau comme on lancerait une pierre pour faire des ricochets. Passible et curieux, le cygne avait observé la lente descente de l'homme vers le fond du cours d'eau, comprenant bien trop tard que ce dernier était mort. Il n'a aucune envie que le type assis sur le quai ne se transforme à son tour en une pierre rempli d'eau. Un violent mouvement dans l'eau, accompagné d'un "dégage !!" le tire de sa rêverie. L'animal, surpris et effrayé, s'envole dans un mélange de  cris, de sifflements et de bruit d'ailes qui claquent contre l'eau.


Le cygne (pour lui-même) : Quel p'tit con ! J'en reviens pas ! Je vais lui laisser un joli petit cadeau d'adieu à ce bougre !


Le jeune homme (relativement énervé) : Mais ce cygne est vraiment une plaie ! C'est pas possible ça ! J'te jure que si je te revoie, je te plume et te fait rôtir au barbecue !


Petit aparté de l'auteur : Cette réflexion est tout ce qu'il y a de plus absurde pour deux raisons principales. Premièrement, comment l'homme peut-il retrouver un cygne tout ce qu'il y a de plus normal alors qu'une centaine d'individus vivent au bord de ce fleuve...
Secondement, le cygne ne se mange pas, enfin je crois pas...


L'homme (un poil plus calme) : Manque plus qu’à rentrer chez moi pour me nettoyer la figure  ! Y a vraiment pas moyen de sécher les cours tranquille dans c'te ville !


Ce texte a été écrit pour l'atelier d'écriture de Leiloona. La photo a été prise par (c) Julien Ribot.

15 commentaires:

  1. bonjour Victor-
    une belle participation- j'espère que tu vas bien-
    pas eu ta visite depuis longtemps ?
    bonne semaine- bisous-

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Lady-
      J'ai posté un comm' sur le dernier défi de Kanels-Paysage-
      Bonne semaine-bisous-

      Supprimer
  2. Tu m'as bien fait rire Victor avec ton texte cette semaine ! Je m'imaginais bien ce dialogue absurde entre le cygne et l'homme et la revanche du cygne, bien menée ! bravo ! Nady

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nady^^ C'était vraiment le but recherché !

      Supprimer
  3. Voilà un cygne qui va se dire à juste titre "ça m'apprendra à vouloir rendre service" et un jeune homme qui va bougonner " putain pas moyen de sécher les cours tranquille sans se faire emmerder "....En un sens ils ont tous les deux raison !!!...Et pourtant comme on le verra dans d'autres textes de l'atelier ils sont peut-être passés à côté d'une belle amitié !....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Bénédicte ! J'ai hâte de découvrir les autres écrits des membres de l'atelier !

      Supprimer
  4. Bonsoir,
    J'adore ce style décalé, j'ai bien ri, mais cela ne manque pas de fond.
    Pour ce qui est de mettre le cygne au menu, cela ne se fait plus.
    Bonne soirée
    @ plus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      Merci beaucoup pour ta lecture !
      J'espère bien, parce que je ne goûterais pas.
      Bonne soirée
      @ plus

      Supprimer
  5. Finalement il aurait peut-être mieux fait d'aller en cours... LOL!

    RépondreSupprimer
  6. Ah Ah! Ton texte m’a bien fait rire. Malgré l’improbabilité de la situation, on y croit très vite et on se demande où tu vas nous emmener. Très agréable lecture ! Merci Victor. Jos

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour ce bon moment de détente. Ah ces jeunes!!! Pas facile de les aborder sans se faire jeter! Il l'aura bien mérité!

    RépondreSupprimer