lundi 6 février 2017

L'atelier d'écriture n°252 de Leiloona : 11 mars...


C'était un après-midi. Personne n'a vraiment compris. Personne. Absolument personne. Nous étions dans le gymnase, en plein combat. Michiko était dans les tribunes. Attentive au moindre de mes mouvements, elle vivait le combat avec moi. Elle stressait avec moi. Ses yeux émeraudes fixées sur moi, mes bras en mouvement constants, elle était dans ma tête, occupait mon esprit. J'étais déchainé. Je me sentais fort, puissant, invincible. J'allais gagner, j'étais certain de ma victoire. J'allais. Il était 14h46. Je m'en souviens encore, j'ai regardé la grande horloge au fond de la salle pile à ce moment-là.

Pourquoi ? Pourquoi aujourd'hui ? Pourquoi maintenant ? Je n'en sais rien. Je... Je ne sais pas, je ne sais plus. Je ne sais plus rien. Je vais mourir. C'est une certitude. Elle est morte. Je l'ai vu mourir sous mes yeux. Personne ne survivra. Tout le monde est bloqué sous les décombres à présent. Ou mort. Michiko a rejoint le ciel. Elle s'est assise au mauvis endroit, sous la poutre de bois qui maintenait le toit. Elle ne le maintient plus. Je l'ai vu tomber. J'ai crié. Je n'ai rien pu faire. C'est trop tard. Je vais mourir. L'alerte Tsunami. Tout le monde a fui. Nous ne sommes qu'une poignée sous les décombres. L'eau. Je l'entends. Je vais mourir. Nous allons mourir. Tout est noir.

Des cris au loin. J'ouvre les yeux. Ou suis-je ? Toujours sous le toit du gymnase... Les secours ! Je les vois, vêtus de leurs gilets fluos, au loin... Soupire. Soudain, je sens une force qui me tire en arrière. Je suis incapable de bouger mes jambes. Je me laisse porter jusqu'à l'extérieur. Tout est ravagé. On m'allonge sur une civière. On me dit de ne pas bouger. Que tout ira bien. Encore un soupir. Je sens que l'on me porte jusqu'à une ambulance. Soulagement passager. Je tourne la tête. Je vois un silhouette allongée sur le sol. La tête dépasse à peine. Michiko. Je veux mourir.

Ce texte a été écrit pour l'atelier d'écriture de Leiloona. La photo a été prise par (c) Emma Jane Browne.

8 commentaires:

  1. Bonjour,
    Quelle puissance dans ce texte, un tsunami ravageur.
    Bonne journée
    @ plus

    RépondreSupprimer
  2. quelle tristesse de voir mourir juste à côté de sois !
    une belle participation ! bien joué Victor-

    RépondreSupprimer
  3. Victor je trouve ton texte très construit et décide de suivre plus souvent tes atelier d'écriture ^^

    Ma question étant comment d'une image de type combat (je pense) en es tu passé a un tsunami ?

    Merci d'avance Alexandre (#MCMasterYT)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Alex^^

      Disons que je voulais un peu plus d'originalité dans les thèmes de mes textes. J'ai longtemps recherché de quel type d'art martial il s'agissait. Puis, en pensant au Japon, j'ai pensé à cet événement dramatique de 2011. J'ai décidé de rapprocher la photo et le tsunami, et voilà !

      Supprimer
    2. Je comprends c'est bête mais complexe à la fois très malin et très triste j'adore. Je fais faire comme Lydie suivre tout tes posts

      Supprimer