samedi 12 janvier 2019

Héros tome 1 : Le Réveil de Benoît Minville

Auteur : Benoît Minville

Maison d'édition : Sarbacane

Collection : Exprim'

Nombre de pages : 440 pages

Année de sortie : 2018





Ils grandissent au pied du Morvan, entre ville et village. Matéo, diamant à l’oreille, Richard, la tête rentrée dans les épaules, et l’inénarrable, intarissable, insupportable José, duvet au menton et hygiène douteuse.
Leur passion : la légendaire BD Héros, dont ils attendent chaque mois le nouveau numéro.
Leur rêve : éditer un jour leur propre série, inspirée de cet univers fascinant et occulte qui domine les records de ventes.
Après tout, la série a bien été créée dans leur région, il y a plus de 80 ans : alors, pourquoi pas eux ? Mais un soir, alors qu’ils planchent dans leur Q.G., un homme apparaît comme par magie, blessé à mort ; juste avant de s’effondrer, tend à Richard une étrange fiole… une fiole dont le contenu vibre et scintille, comme s’il était vivant.






Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Sarbacane pour cet envoi ! 


Petite introduction courte et simple, une fois n'est pas coutume ! Vous le savez déjà, mais Benoit Minville est un auteur que j'apprécie grandement, que ce soit pour ses qualités d'auteur mais aussi en tant qu'humain, les quelques fois où nous avons pu échanger ! Un nouveau roman, qui plus est une duologie, annoncée ? Il n'est pas vraiment resté longtemps sur ma table de nuit, c'est moi qui vous le dit ! 





"La clef de leur salut tenait peut-être au fait qu'ils étaient trop actifs et occupés, en cet instant, pour s'épancher sur leurs états d'âme et leurs angoisses."


J'ai passé d'excellents moments en compagnie des histoires de Benoit Minville. Que ce soit pour un été avec des adolescents au fin fond de la campagne ou dans des histoires de famille obscures, j'ai toujours énormément accroché avec ses romans. Face à Héros, nous changeons radicalement de registre, puisque nous plongeons dès les premières pages au coeur d'un univers rempli de pouvoirs surnaturels, de visions et de complots en tout genre. En effet, la rencontre entre Richard, José, Matéo et ce mystérieux inconnu plonge directement le lecteur dans une histoire absolument bien ficelée. J’ai eu, le temps de quelques dizaines de pages, la crainte que l'histoire ne parte dans tous les sens et d’avoir du mal y m'y retrouver. Cette petite frayeur s'est vite dissipée. En effet, on se rend vite compte que les trois compères vont avoir assez vite un destin assez différent face à tous ces événements fantastiques. Ces différentes directions nous permettent de ne jamais nous ennuyer, puisqu'il y a toujours une révélation ou une aventure d'un côté ou de l'autre. Le tout est parfaitement orchestré par un Benoit Minville très inspiré. De nombreuses références sont d'ailleurs présentes au fil de l'oeuvre, tel que Lovecraft et son fameux Necronomicon, mais aussi à Stephen King ou encore implicitement à Neil Gaiman. Suspens, réalité, fiction se mélangent dans une osmose parfaite, qui propulse le lecteur aux côté du trio dans ses folles aventures, laissant peu de place au répit, qui existe parfois, mais qui est de courte durée. Evidemment, l'humour n'est jamais très loin, que ce soit dans les nombreux dialogues entre les personnages ou encore dans les situations, avec des événements inattendus ou des retournements dans l'histoire complètement dingues. Avec tout cela, on pourrait presque rapprocher ce premier tome du Gouffre de Rolland Auda, qui m'avait offert quelque peu le même effet, avec une intrigue très floue qui se dessine peu à peu grâce aux actions des personnages. J'avais d'ailleurs qualifié l'oeuvre quelques mois plus tôt de puzzle dont on assemblerait les pièces au fur et à mesure. Je crois qu'il en est de même pour Héros, bien qu'un cliffhanger incroyable lors des dernières pages nous brosse un tableau assez explicite de la situation finale, qui va servir de base pour l'intrigue du prochain tome. J'ai plutôt hâte. Vraiment hâte. 


"Ce moment était pour eux, à jamais : quelques minutes pendant lesquelles il allait demeurer l’unique témoin de la plus grande conquête du monde. Il lui avait tendu ses bras, elle avait gloussé et, d’une démarche fière et maladroite, avait franchi la menue distance qui les séparait l’un de l’autre."


Richard. Matéo. José. Trois prénoms. Trois identités bien distinctes. Si bien que le lecteur les aime chacun leur tour, aussi bien pour leurs qualités que pour leurs défauts. Benoit Minville pose dès le début une personnalité très propre à chacun d'entre eux. Matéo, le beau gosse de la bande. José, le "looser". Et Richard, le mystère. Celui-ci, s'il est au centre du bouquin, reste tout de même avec sa petite part d'ombre. J'ai trouvé qu'il agissait quelquefois par instinct, voir même souvent à partir d'un certain moment. J'aurais peut-être réagi différemment, je confesse. J'ai juste adoré José, qui est sans doute mon bol d'air dans cette histoire. Très drôle, avec ses répliques haut-perchés et ses remarques complètement absurdes, j'ai tout de même réussi à faire la part des choses en séparant sa personnalité de ses vraies affirmations. Enfin, Matéo. J'ai eu un peu plus de mal avec lui. Selon moi, même s'il a son importance dans l'histoire, sa superficialité creuse un gouffre avec ses potes. Toutefois, je ne peux complètement le blâmer. Je peux juste dire qu'il est celui qui m'a le moins touché, voilà tout. Autour de ces trois là gravitent une flopée de personnages très intéressants, dont je ne vais tous vous parler, auquel cas la chronique durerait au moins 5 pages de plus. Petite mention spéciale pour finir envers Alex, qui est le personnage qui m'a vraiment impressionné, de part son sang-froid, son détachement et son charisme. J'espère en apprendre plus sur lui dans le prochain tome, mais je suis sûr et certain que ce sera chose faite. 


"L'homme avait le teint cireux, ses cheveux blancs et lisses laissaient entrevoir un crâne parsemé de taches de sénescence; et cependant, alors qu'il paraissait si fragile, on ne pouvat ignorer la force qui se dégageait de lui." 


Vous savez qu'il est à présent temps de parler de la façon dont Benoit Minville a écrit ce texte. Peut-il vraiment y avoir du suspens quant à mon avis là-dessus ? J'en doute plutôt fortement. J'ai adoré. Vraiment, j'ai trouvé que le romancier pouvait s'adapter au genre de son récit, mais aussi à la situation, en fonction de l'émotion qu'il souhaite retranscrir. Un grand plaisir s'en suit. Si j'étais curieux à l'idée de découvrir Minville dans ce genre du fantastique, je suis pleinement conquis, sur tous les points. 


"Richard n'en croyait pas ses yeux. Il tenait le Necronomicon. Le livre maudit. Le livre ancestral." 





Un très bon roman fantastique, qui annonce une suite pour le moins palpitante. Action, suspens, révélations, rebondissements, références culturels, conspirations. Le tout est au rendez-vous. Régalez-vous !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire