samedi 28 avril 2018

Les quatre gars de Claire Renaud


Auteur : Claire Renaud

Maison d'édition : Sarbacane

Collection : Exprim'

Nombre de pages : 192 pages

Année de sortie : 2018






Dans la famille, on est quatre gars – et des gars pas très cordiaux. Il y a mon papi, mon père, mon grand frère Yves et moi, 9 ans, Louis. On vit à Noirmoutier – on récolte du sel et on le vend sur le marché. La mer nous sale, nous nourrit, nous apaise et nous éblouit.

Chez nous, ça ne parle pas, ça rit peu. Il faut dire que les femmes sont parties une à une. Depuis, Papa vit comme un bernard-l’ermite dans sa coquille. Papi parle au fantôme de mamie quand il veut un avis sur la cuisson des crêpes. Yves, lui, est accro à la muscu.


Et moi? B
en, moi, j’aimerais bien croire que cette vie, on peut faire mieux que presque la vivre.




Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Sarbacane pour cet envoi !


J'ai vu ce roman tourner sur pas mal de blog et autre Babelio ces derniers temps sur la toile, avec sa couverture bleue foncée qui sent bon la mer et le sel. Alors forcément, au fur et à mesure des semaines, j'ai eu cette petite envie de le découvrir qui m'a chatouillé, puis s'est faite de plus en plus forte, jusqu'à ce que je ne puisse plus tenir... Je l'ai demandé aux éditions Sarbacane, qui ont très gentiment accepté, et je l'ai littéralement dévoré dans les jours suivants ! 





"On s'appelle la famille Dégâts, je vous rappelle... On a une réputation à tenir !"


Claire Renaud nous propulse en plein coeur de Noirmoutier, face à l'immensité de l'Océan Atlantique, aux cotés de ces quatre Gars, les Dégâts, pour les intimes. Dans cette famille atypique, je demande le fils cadet, Louis-Marie, 9 ans. Vient ensuite Yves-Marie, l'aîné, âgé de 17 ans, puis leur père Jean-Marie, et le père de ce dernier, Pierre-Marie. Le lecteur, quant à lui, suit le quotidien de cette tribu dépourvu de toute présence féminine à travers le point de vu de Louis, le plus jeune de tous.



"Un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille"


Ce texte m'a vraiment fait voyager. J'ai été transporté dans la vie de Louis, et ce à chaque fois que je posais mes yeux sur les lignes de ce livre ne serait-ce que pour quelques minutes, le temps d'entamer un nouveau chapitre. J'ai adoré suivre le quotidien de cette famille, entre les engueulades, l'école et le marché du dimanche. Il faut savoir que dès le début, je suis rentré dans l'histoire les deux pieds joints, avec cette aventure qui commence sur une énième bavure d'Yves pour impressionner les filles. Ensuite ? Ce ne fût qu'une cascade de tracas, de rire, de sourire, de boule dans la gorge, de contraction de mâchoire, de soupir, de battements de coeur. Pour tout vous dire, j'ai ressenti cette même chaleur dans mon ventre que lorsque j'avais découvert Les Belles Vies fin 2016. "Les Quatre Gars" est un pur concentré de toutes ces émotions qui font le quotidien de chacun, et le lecteur les ressent puissance 1000 ! Et finalement, malgré pas mal de disputes entre le père et le reste de la famille, malgré les soucis de tous les jours, j'ai bien eu envie d'y rester, à Noirmoutier ! je m'y suis senti réellement bien, comme lové dans un petit nuage où seul résidait cette histoire (et puis bon, il faut avouer qu'en cette période, plutôt grisâtre, Claire Renaud n'aura aucun soucis à rendre envieux ceux comme moi qui ont l'habitude de passer leurs vacances au bord de l'Atlantique).



"Seulement, même si un jour on la saisit, cette chose, est-ce qu'on sera vraiment heureux ? Est-ce que ça changera quelque chose à nos presque vies ? C'est une vraie question qu'on peut se poser, je crois."


 Que d'odeurs, que de sons, que de bruits ! Les réactions et la spontanéité de Louis n'ont fait que conforter ma sensation de voyage. Tous les personnages de cette histoire m'ont réellement plu ! C'est comme si ils m'avaient adopté au fur et à mesure des pages. Le lecteur connaît toujours mieux cette famille, les réactions, les petites mimiques de chacun. Une bulle s'installe peu à peu. Et qui de mieux que ce p'tit gamin de Louis pour nous conter une telle histoire ? Personne, sans aucun doute. J'ai été attendri par ce personnage que j'ai trouvé très mature malgré son jeune âge. Et comment vous parlez de Louis sans vous parler de sa relation avec son grand-père ? Et même de son grand-père tout court d'ailleurs ? Il s'agit là de quelque chose d'unique, qui met le sourire aux lèvres, d'une beauté sans pareil. Quelque chose, un objet, un récipient, un bol plus précisément, où l'on aurait glissé de la tendresse, des petits gestes, des rires, des larmes, une bonne dose d'émotions. On mélange le tout. Et on obtient une complicité, un attachement à la fois simple et tellement hors du commun. Ce grand-père énergique, rempli d'une joie de vivre et d'une vivacité malgré son âge avancé, qui effectue en quelque sorte un passage de flambeau à un Louis innocent qui n'attend que de croquer la vie à pleines dents. Rajoutez à ce gratin le père d'une chaude froideur et un Yves qui cherche à se muscler pour impressionner dans la chaleur de l'été, et vous obtenez comme une nouvelle famille.


"Parce que parfois, il y a des phrases qui n'ont aucun sens pour nous, alors que pour un autre, c'est lumineux. Si ça se trouve, ma phrase est lumineuse !"


Des personnages portés par des pensées si bien retransmises par Claire Renaud... Celle-ci écrit avec une clarté et précision des phrases si anodines qui cachent en réalité une réflexion folle. Elle utilise pour cela à merveille son personnage de Louis, qui offre au lecteur une vision si innocente mais qui n'en est que plus véritable dans cette chienne de vie. J'ignore totalement si ce récit est autobiographique ou si la romancière conte l'histoire de quelqu'un de proche, mais j'ai été soufflé par sa faculté à se mettre à la place d'un garçon de 9 ans et d'être capable de nous montrer ce qu'il voit et ressent avec une telle justesse. Des descriptions moindres, fondues dans le récit entre dialogue et réflexion, pour un voyage toujours plus intense aux côtés des Dégâts.


"Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul."




Un voyage, des émotions, des personnages. Un bel exemple de ce qu'est un véritable roman, de ce qu'il peut procurer, et ce qui fait la particularité de sa lecture. Il faut le lire. Absolument.

4 commentaires:

  1. Quelle magnifique chronique, tu parles super bien de cette histoire que j'ai aussi adorée !!!! Je n'avais pas envie de quitter cette famille, pas toujours au top mais qui touche beaucoup !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Léna ! Oui c'était une expérience très forte...

      Supprimer
  2. Bonjour,
    C'est un plaisir de lire ta chronique et cela fait envie de plonger dans l'univers de cette famille.
    Bonne fin de journée
    @mitié

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      Merci beaucoup Bernard, cela en vaut le détour, crois-moi !
      @mitié

      Supprimer